Influenza aviaire, face à une situation épidémiologique qui s’aggrave, la France passe en niveau de risque « élevé »

La situation sanitaire internationale et européenne en matière d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) est fortement évolutive depuis plusieurs semaines.

Le risque de propagation du virus en France via les couloirs de migration actuellement empruntés par les oiseaux sauvages est donc des plus élevés.

Face à cette situation, le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a décidé de faire passer de « modéré » à « élevé » le niveau de risque d’introduction du virus influenza aviaire par l’avifaune en France.

Notre département, traversé par un couloir migratoire important, est en effet particulièrement exposé à ce risque.

A compter du 10 novembre 2022, les mesures de prévention suivantes sont rendues obligatoires sur l’ensemble du département :

  • claustration ou protection des élevages de volailles par un filet avec réduction des parcours extérieurs pour les animaux ; aucune dérogation à cette claustration possible pour les détenteurs de basse-cours ;*
  • assurer une surveillance quotidienne des animaux ;
  • interdiction de rassemblement d’oiseaux (exemples : concours, foires ou expositions) ; y compris pour les marchés aux volailles vivantes, mais une dérogation est possible s’il n’y a qu’un vendeur de volaille sur le marché ; une dérogation est possible également pour les oiseaux de compagnie en volière figurant à l’annexe II de l’arrêté ministériel du 16 mars 2016 modifiés ;
  • obligation de bâcher les camions transportant des palmipèdes de plus de 3 jours ;
  • interdiction de faire participer des oiseaux originaires du département à des rassemblements organisés dans le reste du territoire ;
  • interdiction des compétitons de pigeons voyageurs au départ ou à l’arrivée du département jusqu’au 31 mars ;
  • interdiction des lâchers de gibiers à plumes anatidés ;
  • mouvements des gibiers à plumes soumis à conditions :
  • pour les appelants : le transport à l’utilisation des appelants sont autorisés pour les détenteurs de catégories 1 (détenteurs avec moins de 15 appelants)

Les mesures suivantes sont par ailleurs maintenues obligatoirement sur tout le territoire national :

  • surveillance clinique quotidienne dans les élevages commerciaux ;
  • avertissement du vétérinaire en vas de mortalité ou troubles alimentaires (entre 2 et 4% chez les palmipèdes), diminution de 25% à 50% de consommation d’eau ou d’alimentation ;
  • vaccination obligatoire dans les zoos pour les oiseaux ne pouvant être confinés ou protégés sous filet.

Des dérogations peuvent être appliquées dans certains cas, dans le respect des textes, après instruction de la demande par les services de la Direction départementale de la protection des populations (DDPP).

L’influenza aviaire hautement pathogène est une maladie animale infectieuse, virale, très contagieuse qui affecte les oiseaux. Elle est susceptible d’occasionner de lourdes pertes dans les élevages tant professionnels que chez les particuliers. La consommation de viande, foie gras et oeufs ne présente aucun risque pour l’homme.

Haut de page